HARD-ROCK MAGAZINE, n° 70, juillet 2001:

 

 NO-MAN: Returning Jesus

3rd Stone/Musea

******

Genre: Pink Tree ou Porcupine Floyd ! (54'06)

Livret: 2

Production: 5

 

Comme vous l'ignorez peut-être, No-Man est le voisin de palier de Porcupine Tree, la créature alternative dans laquelle Steve Wilson se ressource depuis 1986, bien avant de créer Porcupine Tree d'ailleurs. Cofondateur avec Tim Bowness de cette alternative au progressif planant-psychédélique qui l'a rendu célèbre, Wilson reste fidèle aux circonvolutions cosmico-floydiennes de son bébé. No-Man dont le nom initial était No Man Is An Island Except The Isle Of Man, (véridique et édifiant !), sort son sixième ou septième album, si les comptes sont bons. Incredible, no ? On retrouve les potes de P. Tree, Colin Edwin et Steve Jansen, ex-Japan, Barbieri, autre P. Tree, ex-Japan, étant absent cette fois. Interactivité profitable à une entité qui plane sérieux entre rock-planant, psyché-pop enfumée et jazz de chambre hyper-cool. Mais pour la guitare fluide et spatiale de Wilson et les volutes intersidérales du sax, ce No-Man séduira les accrocs du psyché-techno-prog' de Porcupine Tree sans coup férir ! Plus alanguies et introspectives, les atmosphères que Wilson et ses acolytes déploient, sont des oasis de recueillement d'une telle beauté intimiste qu'on imaginerait bien Sade introduire son organe sensuel sur un Dark Side Of The Moon non frelaté. C'est tout dire, brothers and sisters ...

 

B.V.