INTERVIEW DE STEVE WILSON

 AMSTERDAM, 26 mai 2001
(première partie de Marillion)

par Christophe Demagny

 

Chemical Harvest: La tournée actuelle semble un peu ennuyante pour vous. Celle avec Dream Theater était une bonne opportunité, une sorte d'obligation. Est-ce difficile de promouvoir un album presque un an après sa sortie ?

Steven Wilson: Oh, pas particulièrement, non. La façon dont nous travaillons est difficile. C'est presque toujours étrange de faire la promotion d'un album une fois qu'il est terminé de toute façon. Par exemple, "Lightbulb sun" fut terminé en février de l'année dernière (2000), est sorti en mai et nous avons commencé à tourner pour la promo. Et déjà, à ce moment là, 3 ou 4 mois après avoir fini l'album, se sont écoulées plusieurs années depuis le début de l'écriture. Ma tête est donc ailleurs, nous avons des idées différentes sur le matériel que nous écrivons ou que nous jouons. Donc, dès le début d'une tournée, nous avons l'impression de promouvoir quelquechose qui appartient au passé. Certaines des chansons de "LS" ont été écrites 2 ou 3 ans avant qu'elles ne soient enregistrées. Mais les chansons nous semblent toujours fraiches, nous aimons toujours les jouer.

 

Pourquoi y a-t-il si peu de changements dans la setlist, même si celle-ci est excellente, quand vous pourriez jouer des titres tels que "Stars die", des extraits de "Staircase infinities", "Every home is wired", "Stranger by the minute" ou "How is your life today" ?

Et bien, nous n'avons jamais essayé "How is your life today", je pense que c'est difficile. Ces chansons ne se prêtent pas tellement à une interprétation en public. "Every home ..." et "How is your life ..." seraient très difficile à cause du chant. Je suppose que nous pourrions travailler des arrangements qui seraient différents des versions studios. Mais dans le même temps, je ne ressens pas le besoin de jouer ce genre de ... mais, pour revenir à ta question, nous n'avons pas joué tant de concerts que cela l'an passé, des concerts en tête d'affiche. Nous n'avons donc pas vraiment beaucoup joué ce set. Je comprends qu'il y ait des fans qui voyagent d'Angleterre, de Hollande, d'Allemagne ... mais 99 % du public chaque soir n'a pas vu le set auparavant, c'est donc nouveau pour eux. Et ce set fonctionne. Plus nous le jouons, plus il devient confortable, les différentes chansons trouvent leur juste place. Mais oui, la prochaine fois, nous devrons "réinventer" le set. Nous ferons probablement cela à l'automne, nous ressortirons du vieux matériel, essaierons de nouvelles choses. Mais pour le moment, je trouve que ce matériel est toujours frais pour la plupart des gens.

 

Et pourquoi ne pas changer uniquement un titre à la fois, vous avez récemment joué "Sleep of no dreaming" ...

Nous avons joué "Feel so low" hier et nous ne l'avions pas joué souvent. Donc oui, on le fait. Mais "Stranger by the minute" ne serait pas en tête de notre liste pour être honnête, non.

 

Même des titres plus anciens comme ceux de "Staircase infinities" ?

Le problème avec les titres antérieurs à "Signify" est qu'ils ont été enregistrés par moi-même comme des titres "solo". Dans certains cas, le groupe n'est pas intéressé par l'interprétation de ces titres et je peux le comprendre. Avant, ils n'étaient pas impliqués dans l'écriture. Il est plus probable que nous rejouions des titres de "Signify" que des titres de "Staircase infinities" car, au moins, le matériel de "Signify" a été enregistré en tant que groupe. "Staircase" est plus un album solo. Donc probablement pas, pas du tout.

 

Et as-tu prévu de donner d'autres concerts en solo comme celui de Delft ?

Je ne l'ai pas prévu, non. J'ai été invité. Pour moi, ce n'est pas quelquechose que je souhaite particulièrement faire. Je ne pense pas que ce contexte (guitare acoustique) montre vraiment les chansons sous leur meilleur jour, la meilleure façon de les présenter est avec le groupe, donc ... Mais c'était agréable de le faire, ponctuellement. Une bonne atmosphère, des fans qui viennent voir le groupe de toute façon ... Je ne souhaite pas ...

 

Comme tu nous l'as dit, d'autres concerts sont prévus pour cet automne ?

Oui, probablement. Je ne sais pas exactement où et quand, en Espagne, Allemagne, peut-être avec Marillion à nouveau en septembre et octobre. Mais c'est prévu.

 

Pas de concerts en tête d'affiche en France ?

Je ne sais pas.

 

Vous avez joué, dans le passé, des titres de l'album à venir. Avez-vous prévu de le faire d'ici la fin de la tournée ?

Je pense que c'est possible si nous revenons à l'automne. Nous pourrions le faire à nouveau.

 

Le nouvel album d'IEM ("Arcadia son") est sorti. Est-ce que sa réalisation fut comme celle du premier (très rapide) ?

Le premier a été réalisé en deux jours, celui-ci m'a pris un peu plus de temps. C'est bien meilleur. Le premier était très influencé Krautrock. Le nouveau l'est encore un peu mais avec des influences jazz, avant-garde, industrielles. C'est vraiment un peu de tout cela. Mais c'est un disque bien plus fort que le premier. J'en suis très satisfait.

 

Peux-tu nous en dire un peu plus sur cette nouvelle idée de vendre des enregistrements live et studio sur le net ? Est-ce comme "Racket Records" (le label de Marillion) ?

Oui, cela sera comme ça. Cela sera notre propre label pour réaliser des choses comme des albums live et tout ce que nous voulons. Tout ce que nous ne ressentons pas comme nécessitant une distribution commerciale de masse, plus pour les fans hard-cores.

 

Comme le concert du Shepperd's Bush de Londres (qui ne sortira finalement pas officiellement) ?

Nous avons enregistré ce concert et quelques autres et nous allons écouter pour choisir. Je ne sais pas si nous conserverons l'intégralité du show ou seulement des extraits. Nous devons écouter pour savoir ce qu'il y a de mieux à faire.

 

Fish n'a pas l'air de beaucoup écouter les différentes opinions des gens avec lesquels il travaille. John Wesley, par exemple, n'est pas très présent sur "Fellini days". Lorsque tu as travaillé avec lui, avais-tu l'assurance d'une certaine liberté ? Comment cela a-t-il fonctionné ?

Je ne peux rien dire sur John. J'ai travaillé sur "Raingods" et Fish voulait des programmes de synthés pour le titre principal "Plague of ghosts". Il voulait que les musiciens impliqués créent un "mur sonore". Sûrement que pour moi, il voulait que je lui crée un son entièrement nouveau. Et c'est ce que nous avons fait. Je ne peux rien dire pour le nouvel album, je ne sais pas. Je l'ai entendu, cela sonne ... C'est à nouveau différent et je dirais que c'est sûrement dû aux musiciens impliqués ... Ce qui c'est passé lorsque j'ai fait l'album avec lui est que, arrivé près de la fin, il y avait plus de pression pour réaliser des singles, des choses qui puissent passer en radio. Et il y a certains titres qui ont fini sur l'album que je n'aurais personnellement pas mis. Peut-être est-ce à nouveau arrivé sur celui-là avec John. Fish a peut-être dit "nous avons besoin de singles, de pop-songs". Mais généralement, il laisse vraiment les musiciens créer. En tout cas, je l'ai été. Je suppose donc que ce n'est probablement pas vrai, John a été très impliqué. Mais, pour revenir à ta question, oui, j'ai été complètement libre.

 

Mike Portnoy (batteur de Dream Theater) était à Paris mercredi. Une collaboration est-elle envisageable, avec Transatlantic ou autrement ?

Avec Transatlantic, non ! Bon, ne jamais dire jamais. Je serais beaucoup plus intéressé par une collaboration avec Dream Theater. Transatlantic sonne trop démodé, vieux alors que Dream Theater joue un métal contemporain. Donc oui, c'est possible.

 

Même pour mixer un futur album de Dream Theater ?

Mixer est quelquechose que j'adore toujours faire, donc oui.

 

Et pour un futur album de Steve Hogarth ?

Tu sais, Je suis toujours intéressé pour travailler avec les gens que j'aime, je ne peux donc pas dire "sûr" à tout mais oui.

 

Et si tu étais impliqué dans l'écriture même ?

Je doute franchement d'en avoir le temps. Désormais, je n'ai plus vraiment le temps de m'asseoir et de m'impliquer depuis le début et d'écrire l'album avec l'artiste et d'enregistrer l'album, produire l'album et mixer l'album ... C'est un projet si important, au moins six mois. Et même dans l'album que j'ai fait l'année dernière (l'album d'Opeth), je n'étais pas impliqué dans l'écriture. Tout le matériel était écrit. C'est donc un engagement important.

 

Juste sur quelques titres ?

Peut-être, oui. Mais j'ai mes propres titres à écrire. Donc, pas pour l'année prochaine. La priorité sera le prochain album de Porcupine Tree.

 

Serais-tu intéressé par des bandes originales de films ?

J'adorerais faire des choses pour des films, même dans le cadre du groupe. Si cela arrivait maintenant, cela ne serait pas assez bien car nous avons notre propre album à réaliser. Les gens disent toujours que notre musique, ma musique, est très visuelle, très "cinématique", très "filmique" et je pense que cela conviendrait très bien à un film. Je pense que c'est vrai, oui.

 

Cela serait de la musique pour le film, pour les images et non des chansons extraites d'albums de Porcupine Tree ?

Spécialement écrite pour les images, oui.

 

Peux-tu nous donner quelques explications concernant certains samples ? Par exemple, celui de "Tinto Brass" et la signification de ce titre ?

Ce n'est pas un sample, c'est ma petite-amie (rires). Bon, c'est un titre instrumental. Mon amie avait une vidéo d'un de ses films, un film de porno soft, et j'ai juste trouvé le nom joli, Tinto Brass, c'est très musical. Et même avant d'avoir vu un de ses films, j'ai voulu utilisé le nom Tinto Brass. J'ai pensé que cela serait bien que Turimi, mon amie, lise un texte d'un livre japonais au début du titre. Elle est japonaise. Elle voulait le traduire mais j'ai dit "non, lis-le en japonais, cela sera plus intéressant". Elle lit donc "Tinto Brass, né à Milan, 1938 ..." ou quelque chose comme ça, une liste de ses films. Ce n'est donc pas un sample.

 

Et celui à la fin d'"Even less" ?

La station de numéros, oui. Il y a un phénomène connu sous le nom de "stations de numéros" depuis la fin de la dernière guerre mondiale. Si on se positionne au bon endroit sur la radio en petites ondes, on peut trouver ces stations. Il y a des voix, parfois féminines, parfois masculines, lisant des numéros. Et les numéros semblent aléatoires. En réalité, ils sont utilisés par les services secrets de différents pays pour transmettre des messages. Si on a la clé pour les décoder, cela donne un message. Bon, je ne connais pas le message. C'est juste prix au hasard sur une de ces stations. Tout ce concept est fascinant. Tout ce que je sais, c'est que ces messages peuvent être utilisés pour ordonner un meurtre dans un autre pays, tuer un président ... On ne sait pas ce qu'ils disent mais l'idée contient une signification profonde. C'est assez effrayant.

 

Quel est ton album préféré de Porcupine Tree ? Et quel titre en particulier, en ce moment ?

Mon album préféré est probablement entre "Lightbulb sun" et "Signify". Mon titre préféré est "Stop swimming". Mais tu peux me poser la même question la semaine prochaine, cela changera encore. Les gens me demandent toujours quelle est ma chanson préférée et je réponds que c'est le titre sur lequel je travaille actuellement.

 

Peux-tu nous expliquer la signification de chaque titre de "Lightbulb sun" ?

Je vais regrouper les titres ensemble. Il y a 5 titres: "How is your life today", "Shesmovedon", "Hate song", "Russia on ice" et "Feel so low" qui sont des chansons sur les relations humaines, sur la fin d'une relation. "Hate song" est à propos de la haine, l'amertume et la colère, sur "Feel so low", il y a la dépression et la mélancolie. Il y a différents états. "How is your life today" est une résignation. Ensuite, il y a un autre groupe de titres qui sont des réminiscences de l'enfance. "Lightbulb sun" parle de lorsque l'on est malade quand on est enfant. "Where we would be" est à propos du fait d'être amoureux de quelqu'un lorsque l'on est enfant, une sorte d'innocence dans les relations avec le sexe opposé. Ce n'est pas sexuel du tout, juste de l'amitié. "4 chords that made a million" traite de la frustration, je suppose, envers les médias et particulièrement les médias anglais et le fait qu'ils prennent un groupe, Oasis par exemple, je n'ai aucun problème avec eux, et qu'ils vont faire croire que personne n'a jamais entendu cela avant, le plus inventif, unique, magnifique groupe de rock'n'roll n'ayant jamais existé. La réalité est que Oasis est un groupe sonnant vieux, démodé, une combinaison des Beatles et des Stone Roses. C'est plaisant, il n'y a rien de nouveau mais la presse musicale va dire "C'est génial, c'est nouveau, frais et original !" pendant que les mêmes personnes diront au même moment que Porcupine Tree fait de la musique démodée, appartenant au passé. Il y a donc une frustration quand je sais que ce que nous faisons est assez frais et qu'il y a plein de gens qui aimeraient notre musique si ce mur de briques entre nous et le public n'était pas là. Ce mur de brique, c'est les médias, la radio, la télé et les journalistes, la presse musicale.

 

Oui, quand certains amis, ne connaissant pas le groupe, écoute Porcupine Tree, ils aiment. Si le nom Radiohead était sur la pochette à la place du nom Porcupine Tree, tout le monde trouverait cela génial !

Oui, exactement ! C'est exactement ce que je pense. La seule différence est que ces groupes ont le bénéfice de l'attention des médias et nous pas. Pour revenir à ta question, nous avons encore "Last chance to evacuate ..." qui est une autre chanson sur l'enfance, similaire à "Where we would be", sur la même fille. Mais la dernière partie de la chanson n'a rien à voir avec la première ...

 

Oui, nous en avions discuté la dernière fois à Londres. Mais pourquoi ces deux parties différentes ont-elles été mises ensemble ?

Je ne sais pas, cela collait juste bien ensemble, musicalement. Même si les sujets n'ont aucun rapport. Je ne peux l'expliquer. Mais ces deux parties ont toujours été ensemble, depuis le début de l'écriture. Elles n'ont pas été conçues séparément. Je ne sais pas pourquoi ...

La dernière chanson, "The rest will flow", que je ne voulais pas spécialement mettre sur l'album pour être honnête, mais les autres ont voté pour, représente l'autre côté, la contrepartie, des chansons sur les relations humaines car les 5 autres sont des chansons de rupture et "The rest will flow" est sur le commencement d'une nouvelle relation. C'est proche d'une chanson d'amour traditionnelle, le commencement de quelquechose de nouveau.

 

Tu ne la voulais pas sur l'album à cause du sens ou ...

Non, non, elle me convient. Mais les autres membres du groupe trouvent que c'est un titre fort. Mais je l'apprécie, c'est purement mon opinion ...

 

Et peux-tu nous donner quelques explications sur les nouveaux titres, le style, des titres ... ?

C'est très difficile car cela va être différent. Nous avons déjà écrit beaucoup de choses. Certaines choses que j'ai écrites ... pour le groupe ... ils n'ont pas aimé. Ce qu'ils n'ont pas trop aimé sont les trucs très heavy. Certaines de ces idées ne seront donc pas conservées et finiront pour un nouveau projet. Je pense que, quoiqu'il se passe, le nouveau matériel sera plus heavy, pour une partie. Et une autre partie sera probablement plus "space", sombre. Ce sera un disque plus sombre, plus expérimental. "Stupid dream" et "Lightbulb sun" étaient aussi proche que possible de ce que je voulais faire en pop-music. Le prochain disque sera donc plus sombre, comme "Signify". Je veux retourner à cela. Mais pas retourner dans le temps, en arrière, tu vois ce que je veux dire ?

 

Oui. Peut-être que ton travail avec Anja Garbarek, une musique plus atmosphérique, sera une influence ?

C'est possible, mais mon travail avec Opeth sera plus présent. Le disque d'Anja Garbarek est très expérimental. Il nécessite plusieurs écoutes. Nos façons de faire de la musique sont très différentes. C'est une bonne chose, c'est fascinant. Je ne pourrais jamais écrire de musique comme elle le fait. Pour Opeth, c'était beaucoup plus proche de ma manière de faire. Ils sont très influencés par Porcupine Tree, cela s'entend dans leur musique. Mon travail avec Opeth sera donc probablement une influence. Mais je ne peux vraiment pas te donner plus de ... J'ai encore 2 ou 3 mois d'écriture pour savoir où cela va nous mener.

 

Une dernière question, quel est ton équipement technique sur scène et en studio ?

Un amplificateur Vox AC 30, des Fender Stratocasters. En fait, je n'ai jamais vraiment été intéressé par les guitares. Je suis assez paresseux avec cela. Je n'ai jamais exploré, expérimenté avec les guitares. Même en studio car mon son ne vient pas vraiment de la guitare. Cela vient des effets. La guitare en elle-même n'est donc pas aussi importante qu'elle peut l'être pour Eric Clapton, par exemple, ou quelqu'un qui utilise véritablement la tonalité de la guitare. J'ai donc des effets particuliers: 2 pédales de distortion, une pédale de compression, un rack de delay (répétition des notes), une pédale de changement de pitch (hauteur des notes) ... beaucoup de choses. Tout ceci contribue à faire le son ... J'ai aussi un micro acoustique sur une guitare pour obtenir un son acoustique avec une guitare électrique ...

 

Et l'effet sur "Stop swimming" ?

C'est un rond de serviette que j'ai depuis que j'ai dix ans. Je l'ai fabriqué à l'école et l'utilise comme un bottleneck. J'utilise le côté de l'anneau, la partie "dure", pour faire vibrer la corde. La place du rond de serviette est donc importante pour atteindre la note juste. Ma main gauche est sur la première case, en haut du manche, pour empêcher les autres cordes de résonner. Mais c'est très facile !

 

Et bien merci beaucoup Steven et à la prochaine fois !

Merci à vous.