>>> Chronique >>> Recordings >>>

 

Par Jean-Noël Del Castillo

"Recordings" n'est pas vraiment un nouvel album de Porcupine Tree. Il s'agit de faces B et d'inédits qui datent de la période "Snapper" , la plus récente en fait. On y trouve 9 titres d'une qualité globalement proche de "Stupid dream" et "Lightbulb Sun" :

"Buying new soul" (10'24) : C'est un titre inédit tout à fait dans la lignée des 2 derniers albums. On y trouve alternance de passages calmes et de montées fièvreuses avec refrain aérien. Cependant, il a un peu de mal à finir, une version un peu plus courte aurait peut être été préférable.

"Access denied" (3'35) : Encore un inédit. Il s'agit du titre le plus psychédélique de l'album avec des passages très calmes à la guitare acoustique. Sympa.

"Cure for optimism"(6'11) : Ce titre est apparu sur le single de "Shesmovedon". Une intro assez longue très atmosphérique puis la guitare acoustique accompagnée de quelques notes de claviers apparaissent ainsi qu'un chant posé pour une fort belle mélodie.

"Untitled" (8'53) : On le retrouve aussi sur le single de Shesmovedon. Il s'agit d'une impro live que je trouve plutôt dans l'esprit de l'époque "The sky moves sideways". L'intro est assez proche des sonorités de "Passion" de Peter Gabriel. Le tout est très planant.

"Disappear"(3'37) : Celui là était sur le single de "4 chords that made a million". Guitare acoustique et voix pour commencer puis arrivée des autres intruments qui nous conduit vers un final beaucoup plus enlevé. Fort agréable.

"Ambulance chasing" (6'32) : Celui ci pouvait être trouvé sur le single de "Piano lessons". Percussions en intro, basse en fond puis soudain ca s'envole et le saxo est de la partie, nouveau pont planant puis cette fois la guitare décolle.

"In formaldehyde" (5'19) : Autre titre du single de "4 chords that made a million". Une mélodie toute simple mais belle à pleurer agrémentée d'un sublime solo final. J'adore ce titre

"Even less" version longue(13'55) : La première partie est identique à celle que l'on trouve sur "Stupid dream, toujours aussi puissante puis au lieu de s'arrêter on découvre un passage atmosphérique qui nous conduit vers les fûts en folie de Chris Maitland rejoint ensuite tour à tour par la basse de Colin Edwin et la guitare de Steve Wilson. Celle ci alors survole le tout puis le rythme s'accélère. Enfin on retrouve la mélodie conductrice du morceau. Cette version est excellentissime.

"Oceans have no memory" (3'06) : Inédit sous cette forme, cet instrumental finit tout en douceur le cd.

Au final, "Recordings" est un fort bon disque, que je conseille notamment à ceux qui connaissent et apprécient "Stupid Dream" et "Lightbulb sun".

Note 8,5/10

 

[retour au sommaire des chroniques CD]