>>> Chronique >>> Lightbulb Sun >>>


Par Jean-Noël Del Castillo

"Stupid Dream" est l'album de 1999 que j'ai le plus écouté. Je prends toujours un énorme plaisir à l'écouter . Alors j'attendais son successeur, "Lightbulb sun", avec impatience et enfin le voici. Plus acoustique que les précédents, on découvre la présence d'un quatuor à cordes sur plusieurs morceaux. Certains titres sont plus minimalistes aussi, tout en émotions (Feel so low). Mélodies, atmosphères, émotions sont les maitres mots de ce cd. J'ai souvent du mal à faire ressortir les sentiments que me procure un album mais je vais quand même essayer en faisant un survol de l'album.

"Lightbulb sun", début acoustique, puis riff plein de puissance et refrain aérien. Bon début

"How is your life today" essentiellement basé sur une ritournelle au piano bénéficie d'un refrain avec des harmonies vocales inhabituelles pour PT, c'est pur et beau.

"Four chords that made a million", riff puissant et efficace puis entrée des percus, refrain imparable, on passe de riffs acérés à un passage planant dans la fluidité la plus totale. Le genre de morceau sur lequel on accroche rapidement mais dont, contrairement à beaucoup, on ne se lasse pas. (cas identique pour piano lessons du précédent album)

"Shesmovedon". La basse domine le début, refrain avec des vocaux plus travaillés que d'habitude, montée en puissance irrésistible puis accalmie avant l'apothéose finale, un solo absolument fabuleux. Sublimissime.

"Last chance to evacuate planet earth before it is recycled" sur lequel on retrouve un peu la construction de Waiting avec une première partie pop acoustique suivie d'une deuxième plus atmosphérique. Belle richesse sonore.

"The rest will flow" prend une dimension symphonique avec l'utilisation de violons et violoncelles.

"Hatesong" est une des chansons les plus dures de l'album, que ce soit musicalement, basses et percussions diverses en avant, ou au niveau paroles. Construction complexe, ruptures de rythme, un sacré titre.

"Where we would be" est plus apaisé, champêtre, instruments acoustiques en avant à tous les niveaux, harmonies vocales, solo splendide comme d'habitude.

"Russia on ice" est le morceau le plus long de l'album, donc certains auront tendance à penser que c'est le meilleur. Il ne l'est pas plus ni moins que les autres. J'en avais gardé un excellent souvenir du live de l'an passé. La première écoute a été un peu décevante ( Ha ces idées préconcues!). Mais petit à petit, il impose ses qualités, mélodie lancinante, refrain tout en harmonies vocales, superbe utilisation des instruments symphoniques à cordes dans un premier temps, puis durcissement des rythmes et des riffs. Le morceau est excellent mais il s'inscrit dans le niveau général de l'album.

"Feel so low", instrumentation minimaliste, 5 minutes d'émotions pures, ce titre me donne des frissons.

Le dernier mot prononcé est "THANKS". Je le retourne à Steve Wilson et ses acolytes.

 

[retour au sommaire des chroniques CD]